Pérou-Chili : La guerre du Pisco

Sujet: Culture » Cuisine

Pisco Perou Vs Chili

Durant le mois de mai, j’ai eu la chance de visiter une partie du Chili, plus exactement Santiago et sa région. Malgré le froid automnal, j’ai été ravi de découvrir un pays agréable, à la fois si différent et si proche de son voisin, le Pérou.

Avant de m’y rendre, je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre car j’avais entendu de tout ! Déjà, tout jeune, le Chili m’intriguait : cette longue bande terre du bout du monde, possédant à la fois le désert le plus aride du monde au nord (le désert d’Atacama) et, au sud, l’archipel de la Terre de Feu (où se trouve la fameuse ville argentine d’Ushuaïa), tout proche du continent Antarctique.

Mais depuis ma venue au Pérou, je n’ai pas cessé d’écouter diverses critiques envers le Chili : la nourriture est atroce, on y mange que des haricots, il n’y a rien à visiter, les gens sont prétentieux, … Petit à petit, je me suis rendu compte que toute cette querelle avait commencé avec une guerre vieille de … plus de 130 ans ! Et qu’elle continue encore et toujours sous diverses formes : les limites maritimes (Cour internationale de Justice à La Haye, en 2014) mais surtout la gastronomie. Les péruviens se plaignent souvent que les chiliens s’approprient leurs spécialités culinaires.

La querelle la plus tenace/vive concerne un alcool encore peu connu en Europe : le « Pisco ». Les deux pays se disputent l’antériorité et la propriété de l’appellation.

Le « Pisco » est une affaire sérieuse

Christian Pino, présentateur chilien du journal télévisé sur Canal 24 Horas, en sait quelque chose. Il a récemment été licencié pour avoir eu le malheur de parler de « Pisco peruano » (le Pisco péruvien) alors qu’il interviewait Santiago Queirolo, un important producteur péruvien de Pisco.

Ce licenciement correspond à la sortie du livre « El Pisco nacio en Chile » (le Pisco est né au Chili), de Pablo Lacoste, un historien argentin vivant au Chili, qui, à l’issue de longues recherches, prétend mettre un terme définitif à la polémique. En effet, il aurait trouvé un document de 1733 où il est fait mention de trois jarres de «Pisco». De plus, il semblerait qu’il existe une étiquette commerciale datant de 1882 portant le nom «Pisco», alors qu’une étiquette similaire n’a été repérée pour la première fois au Pérou qu’en 1922.

De l’autre côté, les péruviens disposent du testament de Pedro Manuel El Griego, daté du 30 avril 1613, qui mentionne un tonneau remplis d’«aguardiente» (eau-de-vie) et du matériel de distillation nécessaire à sa fabrication. De plus, depuis l’arrivée des Espagnols au XVIe siècle, la vigne prospère dans la région de la ville de… Pisco, à quelques heures au sud de Lima, d’où l’«aguardiente» est exportée. Il est très fréquent qu’une appellation tire son nom de la région d’où vient le produit, et les chiliens n’ont créé le village de Pisco qu’en 1936.

Christian Pino sur Canal 24 HorasChristian Pino sur Canal 24 Horas

Livre "El Pisco nació en Chile"Livre "El Pisco nació en Chile" Michelle Bachelet, présidente du ChiliMichelle Bachelet, présidente du Chili
Nissu Cauti "Le Pisco est péruvien"Nissu Cauti "Le Pisco est péruvien" "Le Pisco, le Ceviche et Guerrero sont péruviens""Le Pisco, le Ceviche et Guerrero sont péruviens"  

La guerre du Pisco a fait une autre victime : moi !

En effet, lorsque j’étais à Santiago, j’ai eu la « mauvaise » idée d’acheter une bouteille de Pisco chilien. J’ai pensé que ce serait amusant de faire tester aux péruviens cet alcool dont tous parlent, critiquent, et ne connaissent pourtant pas. Cependant, la querelle entre les deux pays va beaucoup plus loin que je pensais : il existe une Loi de 1995 (numéro 26426) interdisant l'entrée de Pisco produits à l'étranger sur le sol péruvien. C’est avec un peu de tristesse que j’ai dû abandonner à l’aéroport ma bouteille toute neuve qui doit être détruite (ou plutôt « bu » par les douaniers).

Une histoire de fou

Plus globalement, une majorité de pays se sont penchés du côté du Pérou. D’ailleurs, les Etats-Unis et l’Union Européenne acceptent la commercialisation du Pisco chilien et péruvien mais interdisent aux chiliens d’utiliser l’appellation « Pisco ». Mais cela n’empêche pas le Chili d’être le plus gros importateur de Pisco péruvien… Oui, oui ! Une histoire de fou ou plutôt d’ivrogne. « Salud » (Santé) !

Pisco "Queirolo" peruvienPisco "Queirolo" peruvien Pisco SourPisco Sour Pisco chilienPisco chilien
Pisco Tintin et HaddockMême le Capitaine Haddock apprécie le Pisco !

En savoir plus